Sélectionner une page

 

Toute bonne gestion de projet qui se respecte se doit d’avoir un cahier des charges. En effet, ce document fait le lien entre la demande du client et l’équipe prestataire, en prenant la forme d’un contrat. Il peut aussi être rédigé par et pour l’entreprise elle-même. Alors, que mettre dans son cahier des charges ?

 

 

#1 Présentez le projet

 

La première étape de la rédaction du cahier des charges est de décrire le projet en présentant brièvement toutes les parties prenantes et leurs coordonnées pour faciliter les échanges, la cible, et enfin l’objet du projet. Si votre CDC est destiné à des prestataires externes, vous pourriez avoir à préciser d’autres éléments, comme votre charte graphique par exemple.

 

 

#2 Quels sont vos besoins et objectifs ?

 

Bien qu’elle paraisse un peu bateau, cette étape est importante à rédiger. Il faut bien définir explicitement ce que vous attendez de ce projet. Par exemple, si vous faites un cahier des charges pour la création d’un site internet, vous devez préciser ce que vous avez comme objectif : présenter votre marque, augmenter les ventes, fidéliser les clients, … 

 

 

#3 Définir les méthodes et choix techniques

Une fois que le projet est bien expliqué, il faut maintenant définir la méthode de gestion de projet qui va être utilisée (en savoir plus sur les différentes méthodes de gestion) ainsi que les choix techniques. Encore une fois, il faut être le plus précis possible tout en restant concis. Pour faciliter la compréhension par tous les interlocuteurs, n’hésitez pas à inclure des schémas explicatifs.

 

 

#4 Évaluez le temps

 

Comme dans tout projet, vous devez fixer un délai. Pour bien gérer votre temps, rédigez un rétroplanning avec un temps estimé et une date butoir pour chaque tâche. 

#5 Définir les contraintes

 

Pour éviter tout litige entre le client et le prestataire, les contraintes doivent être bien énoncées. Elles peuvent être de temps, techniques (par exemple l’utilisation de la charte graphique déjà existante), économiques (en définissant le budget à ne pas dépasser), …  Si vous prévoyez des contraintes futures, par exemple le changement d’une fonctionnalité d’ici deux ans, celles-ci doivent être également signalées.

#6 D’autres éléments souvent oubliés !

 

Dans certains cas, des éléments juridiques et techniques doivent aussi être mentionnés : cela peut être le Règlement général sur la protection des données, votre nom de domaine dans la carte de la création d’un site internet, votre base de données si celle-ci est existante, … 

 

Une fois votre cahier des charges rédigé, assurez-vous qu’il soit signé par toutes les parties prenantes.

 

 

Vous avez décidé de vous assurer une présence sur le web ? Chez vitaVINUM, nous vous accompagnons dans cette démarche en créant votre site vitrine ainsi que d’autres packs de communication à découvrir ici ! N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations.