L’étiquette, toujours besoin d’elle lorsque l’on choisit son vin ? Et pourtant, c’est une vraie galère pour la décrypter ! Avouez ! Ne vous inquiétez pas, elle ne va pas disparaître comme le paquets de cigarette, elle est bien trop importante. Par contre, elle ne va pas être simplifiée dans les prochaines années… bien au contraire !

 

L’étiquette, entre informations réglementaires et informations marketing ? L’étiquette contient à la fois des informations imposées par la réglementation, notamment en ce qui concerne l’origine du vin (appellation), la contenance, la notion de dangerosité pour les femmes enceintes, titre alcoométrique ou notamment le volume. Les mentions de “cuvée”, marques, photos, symboles sont marketing. En revanche, sachez que chaque mention apposée par le producteur doit être sincère et véritable : si la parcelle est mentionnée mais que le raisin est issu d’un tout autre endroit, le producteur peut être inquiété. Le Service des Fraudes veille au grain !

 

L’étiquetage des vins va-t-il évoluer ? au niveau européen, un projet d’afficher la valeur nutritionnelle des boissons alcoolisées et peut-être par la suite les intrants (ingrédients ajoutés lors de la vinification) est envisagé. La Commission Européenne a donné un an pour que les producteurs de vins s’autorégulent au niveau de l’information nutritionnelle.

 

Les producteurs sceptiques ? Oui, parce que cela va rendre en plus illisible l’étiquette ! Mais surtout, parce que cela implique de nouvelles analyses coûteuses avant étiquetage, pour connaître précisément toutes les informations.

 

Un compromis en bonne voie ? La transparence et l’information au consommateur sont primordiales. C’est pourquoi, les professionnels de la filière propose de partir sur des outils de communication dématérialisés notamment pour éviter d’encombrer l’étiquette. Peut-être grâce aux codes barre ou QR code ?

 

 

Sources :

Contribution : Laurie Gaudiau